Le challenge 2018 en images

Le coup de cœur du réseau

Cette bonne pratique participe à notre groupe de travail "fêtes d'écoles zéro déchet".

Participez au lancement de l'opération 2019, le 20 février 2019.

2ème lauréat

3ème lauréat

4ème lauréat


Les 9 autres pratiques présentées

Les Facebook live


Les interviews des lauréats

Eve Chevret, APEL Perverie, "kermesse zéro déchet"

REEVE : Présenter brièvement qui l'on est et en quoi consiste l'événement ?

Eve Chevret (EC) : Je représente l'Association de Parents d'Elèves de l'Ecole de la Perverie à Nantes

L’école regroupe 400 familles et accueille environ 600 élèves. 

L’Association assure un lien entre école et famille mais prend également en charge l'animation de moments forts que sont Noël, le Carnaval… et surtout la fin d'année scolaire avec l'organisation de la fameuse, l'incontournable, tant attendue Fête d'école.

 

REEVE : Expliquer ce qui a été mis en place ?

EC : Depuis plusieurs éditions, l’équipe s'interrogeait sur l'amélioration "éthique" de sa Fête d’école : Comment réduire les déchets ? Quelles alternatives aux jeux plastiques à durée de vie limitée ?   Comment préserver le plaisir des enfants ?  Comment rester une fête accessible à tous ?

La rencontre des éco-évenements de novembre 2017 nous a permis d’identifier les dispositifs possibles qui pouvaient permettre de réduire l’emprunt de cet évènement et également d’être inspirée par ce qui se faisait sur d'autres évenements.

L’essentiel des actions mises en œuvre pour  l’édition 2018 de la fête d’école concerne la thématique des déchets :

  • Mise en place d'écocups
  • Suppression des boissons en contenant individuel au profit de grand format
  • Pour les 600 repas, suppression de la traditionnelle saucisse/frite avec barquette au profit d'un cornet fish&chips, 
  • Suppression des emballages cadeau de la pêche à la ligne et fabrication de 600 sacs tissus réutilisables (une 10aine de couturières ont réalisées 600 sacs pour les 900 lots à gagner ) 
  • Introduction de  20% de lots issus du réemploi dans l’ensemble des jeux à gagner (+ de 3000 pièces à gagner) sélectionné en partenariat avec la Ressourcerie de l'Ile.
  • Location d’espace détente à partir de mobilier issu du réemploi en partenariat avec la Ressourcerie de l’Ile
  • Et enfin, suppression des poubelles sur l’ensemble du site ... ou plus exactement, installation d’un stand « PerveTrie » dédié aux déchets  (tri des biodéchets, emballages, non recyclables...)
  • Mise en place d’une exposition zéro déchets Ademe + jeux « roule ta boule » de l'écopole + stand de démonstration des pratiques 0 déchets et des objets 0 déchets 
  • Animation d’ateliers  0 déchet (le pic nique 0 déchet, le goûter 0 déchet)
  • Charte d’engagement « Ma fête d’école 0 déchet »
  • Pour compléter la dynamique, les familles étaient invitées à venir à la Fête en vélo et participer au concours du plus beau vélo… 

 

REEVE : Qui a été impliqué ?

EC : "L'ensemble des membres de l'association en plus des familles bénévoles mais aussi la Direction de l'école, notre prestataire restauration et enfin nos fournisseurs de boissons pour le développement de la consigne"

 

REEVE : Qu'est-ce que cela a apporté à l'événement ?

EC : "Cette édition 2018 a été un véritable succès puisque les familles ont été très réceptives et très satisfaites des évolutions mis en œuvre en allant jusqu'à dire "Mais pourquoi on ne l'a pas fait plus tôt?" L'evenement a généré moins de déchets  (volume de déchets par 4) et les déchets produits ont été mieux triés. L' espace était plus propre (plus de gobelets qui volent...), moins de poubelles à chaque stands... Au delà de l'évènement, ces nouveautés ont permis à chacun de s'interroger individuellement (quand la fête est finie et que chacun rentre chez soi) mais aussi collectivement sur notre éco-responsabilité. "

 

REEVE : Quelle clefs de succès ? quels conseils donneriez-vous à d’autres organisateurs

EC : '"e pas vouloir tout révolutionner mais se fixer des objectifs atteignables sans quoi il n'y aura pas de motivation et donc pas d’adhésion.

- N'avoir peur d'aucune idée nouvelle (supprimer les poubelles pouvait paraître fou) 

- Une bonne préparation du public auprès de parents en amont de l’événement pour prévenir des changements,  expliquer la démarche et donner envie.

- De bons relais et une animation le jour de l’événement (Un rappel récurrent des principes de la fête 0 déchet pendant la durée de Evènement)

- Un accompagnement pour la méthode, les idées et le partage des pratiques (merci le REEVE)"

 

REEVE : Quelle prochaine étape sur cet événement ou dans d'autres

EC : "L’ambition pour 2019 est de poursuivre le chemin de l’amélioration continue et notamment de travailler sur de nouvelles thématiques comme la consommation d’énergie,  une offre de repas « bon pour le climat », des lots immatériels, une compensation carbone de l’évènement…"

 

 

Jacques Boy, Association La cloche, "les micro-dons"

REEVE : Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Jacques Boy (JB) : Je suis administrateur à l'association La Cloche.

Celle ci développe des projets visant à changer le regard porté sur le monde de la rue et à encourager le "faire ensemble" entre voisins avec ou sans domicile, pour construire une société plus inclusive.

3 projets en cours aujourd'hui: La Cloche à biscuits, une biscuiterie d'insertion, Les Clochettes, des initiatives urbaines inclusives et surtout Le Carillon, un réseau solidaire local entre habitants, commerçants et personnes sans domicile.

Au sein de La Cloche, nous avons initié une plate forme solidaire, appelée Echos, qui engagent les structures évènementielles à proposer à leurs spectateurs d'agir solidairement auprès des plus démunis.

Dans le cadre de la politique RSO des salles et festivals, Echos met en place des actions de micro-dons à l'attention de leurs clients : arrondi sur achat de places, boissons solidaires, récupération des gobelets réutilisables, toutes actions possibles choisies en tout ou partie par ces structures.

Stereolux, lors du festival Scopitone, a été l'un des premiers à mettre en places ce principe.

 

REEVE : Qu'avez-vous mis en place ?

JB : En 2018, Scopitone a opté pour une des actions proposées par Echos, la récupération des gobelets réutilisables.

Le principe en est simple... proposer aux festivaliers, au moment de leur départ du festival, de nous faire don de leur gobelet plutôt que d'en demander la déconsigne. 1 gobelet offert = 1€ versé pour des actions solidaires. 

 

Un stand a été mis en place par le festival à notre attention, dès l'entrée dans l'enceinte : cela nous a permis de mettre en place 2 types de communication vers les spectateurs :

- leur expliquer comment fonctionnait cette récupération de gobelets mais aussi, bien sur,  leur préciser à quoi et surtout à qui servaient ces dons.

- les sensibiliser sur le sans-abrisme et le monde de la rue.

 

REEVE : Qui a été impliqué ?

JB : Les équipes de Stereolux et Scopitone, très volontaires, se sont fortement impliquées dans cette action, que ce soit les salariés, que ce soit les bénévoles, notamment les équipes des bars. Le stand de sensibilisation Echos/La Cloche a été animé durant les 2 nuits du festival par une équipe de 6 personnes, salariés et bénévoles, dont des ambassadeurs, personnes vivant ou ayant vécu dans la rue, bénévoles fortement engagés dans l'association

 

REEVE : Qu'est-ce que cela a apporté à l'événement ?

JB : Une image solidaire très forte. Les contacts très nombreux pris avec les festivaliers pour leur remettre les flyers de communication sur cette action nous ont permis de constater qu'ils étaient très heureux de pouvoir participer à une action solidaire envers les plus démunis dans le cadre d'un festival qu'ils apprécient tout particulièrement.

Ils ont été agréablement surpris par cette possibilité d'offrir leur gobelet pour une cause solidaire: les festivaliers nous ont dit très souvent de réitérer cette formule dans d'autres festivals. De plus, la cause choisie par Stereolux, en l'occurrence, la très grande précarité, a beaucoup touché ce public .

 

REEVE : Quelle clefs de succès ? quels conseils donneriez-vous à d’autres organisateurs

JB : Nous constatons à chaque participation que la clé de réussite de cette action passe par une communication forte.

Celle ci a plutôt bien fonctionné par la volonté des organisateurs : informations dans les boucles des écrans vidéos d'information, sur tous les tableaux des consommations, au dessus de chaque bar, intégration de la fonction don dans l'appli de cashless... Nous avions également édité un nombre important de supports de communication papier : affiches dans des coins stratégiques du festivals (toilettes, lieux de détente...), flyers sur tous les bars, à notre stand de sensibilisation, kakemono...

 La communication auprès des équipes de salariés et de bénévoles de l'organisateur est essentielle... ce qui a été très bien relayé au sein du festival.

De plus, la configuration d'entrée du public nous a amplement facilité le contact avec les festivaliers à leur entrée pour communiquer avec eux, mais aussi à la sortie pour récupérer les gobelets qu'ils nous offraient.

 

REEVE : Quelle prochaine étape sur cet événement ou dans d'autres

JB : L'étape suivant a été assez immédiate puisque Stereolux a intégré la récupération des gobelets réutilisables à chacun des concerts de sa programmation et ce, depuis le 1er janvier 2019. Pour les autres, nous engageons depuis bientôt 6 mois des démarches auprès des festivals et des salles de concert et de spectacle pour proposer l'ensemble de l'offre Echos. Les premiers retours sont plutôt favorables à la mise en place de ce type d'actions solidaires, même si des contraintes techniques apparaissent, notamment au niveau des opérateurs de billetterie qui bloquent le processus de l'arrondi sur achat de places. Seul So Coop / So Ticket a intégré une appli d'arrondi sur son site, celle de Paygreen, et nous tenions à les saluer pour cette brillante initiative.

 

 

Guillaume PITON, La watterie /Solision, "festival 100% eNR"

 REEVE : Bonjour, Guillaume, pouvez-vous nous présenter votre activité ?

Guillaume Piton (GP) : La Watterie est une petite entreprise qui propose des solutions innovantes pour permettre d'atteindre l'autonomie énergétique des particuliers, professionnels et des événements, au travers de la ventes et la location de générateurs. Ce sont des équipements de production d'électricité et de chaleur, qui exploitent les ressources renouvelables (soleil, biomasse, éolien, vélos..). La conception et la fabrication des équipements est locale et en partie issue du recyclage. Ces groupes électrogènes sont communicants et permettent le suivit de la production et de la consommation, à distance.

 

REEVE : pouvez-vous nous décrire la bonne pratique qui a été primée lors de la sixième rencontre annuelle ? :

GP : Nous avons alimenté en électricité 100% renouvelable, la scène et ses artistes, lors de la fête de la chaise rouge, le 30 septembre 2018, à l'Herberie de Pouancé (49). Pour cela nous avons installé un générateur photovoltaïque et un vélo ont étés mis en oeuvre juste à côté de la scène.

 

REEVE : Pourquoi les organisateurs ont ils choisi cela ?

GP : Chaque année, cette fête est l'occasion d'informer le public sur le monde associatif et professionnel qui l'entoure. Tous les participants étaient bénévoles et locaux.  Dans un contexte de respect de l'environnement et après avoir travaillé sur les déchets et la nourriture bio, il semblait évident d'étudier l'approche énergétique. Lier la scène, élément centrale et concret, à l'autonomie solaire est un grand pas pour nous. Donc la solution renouvelable, locale et qui attire l'oeil, nous a séduit. 

 

REEVE : Quels freins avez-vous du débloqué ?

GP : Nous n'avions pas l'habitude de donner une place visible au groupe électrogène. Lui trouver un place au soleil dans l'espace public n'était pas prévu. Les techniciens étaient un peu sceptiques, car ils ont l'habitude du gros groupe où l'on raccorde les grosse rallonges et coffrets triphasés. Ici de simples rallonges 230v suffisait !  C'est surtout de la remise en question sur les certitudes qui a été le plus dur.  Pour rassurer, il a fallut mettre un coffret EDF au cas où, qui n'a bien sûr pas servit.  C'est après cette expérience qu'ils ont apprécié la démarche avec le sourire.

 

REEVE : Pour conclure, quel conseil donneriez-vous à d'autres organisateurs ?

GP :  A l'instar de ce que l'on fait sur les autres enjeux d'éco-responsabilité tels que l'alimentation par exemple, où l'on remet en question les habitudes, Il faut quelque-part se reposer la question de nos raisons actuelles de faire sur la consommation et la production de l'énergie. Est-ce une réelle nécessite ou juste le poids des habitude ? Il faut alors faire un vrai travail en amont, en préparant, en formant et en faisant de la pédagogie avec tous les intervenants et bénévoles... 

www.reseau-eco-evenement.net est un site proposé pour le compte de l'association Réseau Eco Evenement (REEVE) . Il relate les activités du REEVE, des dispositifs d'accompagnement éco-événement proposés par Nantes Métropole et de toute actualité pertinente autour de l'éco-responsabilité événementielle sur l'agglomération nantaise, en Pays de la Loire et en France.

 

Pour nous contacter : bonjour[@]reseau-eco-evenement.net  via le formulaire de contact.

 

Evénement éco-responsable // événement écoresponsable // événement responsable // éco-événement // green event // iso 20121 // éco-conception événement // événement durable // développement durable & événement // événement zéro déchet // manifestation zéro waste // événement transition énergétique // événement transition écologique // événementiel durable //  manifestation éco-responsable // manifestation écologique // événement Nantes // événement loire atlantique // événement pays de la loire.// vide grenier éco-responsable // sport durable //compétitionn sportive éco-responsable // eco-friendly event // MICE // meeting incentive convention exhibition salon // RSE // RSO // séminaire durable // colloque éco-responsable // pique-nique zéro déchet // éco-mariage // green wedding